25 avril 2016

BRADERIE DE PRINTEMPS

Un moment convivial et solidaire




Vendredi 29 avril 2016, de 18 à 20h dans la cour de l’école Ferdinand de Lesseps Gran Via, 707

Le printemps est là, l’été arrive à grand pas, il est temps de faire de la place dans les armoires et de se retrouver pour partager un moment chaleureux et solidaire.
 
COMMENT PARTICIPER?
Exposants
Les familles souhaitant tenir un stand doivent réserver leur place en envoyant un mail jusqu’au 27 avril 2016 inclus à braderie@apeelb.es en indiquant : noms et téléphone de l’adulte responsable et noms et classes des enfants.
« Coin gourmand solidaire »
Les enfants et leurs familles sont invitées à apporter gâteaux, cakes ou biscuits faits maison, en indiquant les ingrédients (pour les allergies) et l’APEELB offre les boissons… Miam miam…
Les bénéfices de cette vente seront reversés à Médecins Sans Frontières, ONG indépendante qui travaille dans le champ de l’action médico-humanitaire dans de nombreux pays (initiative solidaire).
 
DÉROULEMENT
L’ouverture des portes pour les exposants sera à 17h30 et disposeront de 20 mn pour monter leur stand.
L’ouverture pour les visiteurs se fera à 18 h sur présentation du flyer d’invitation à la Braderie, ce afin de garantir que n’accèdent dans l’enceinte de l’école que des élèves de FdL et leurs parents directs ou proches.
« L’heure du conte » (18h30)
Pour célébrer le printemps, nous accueillons la conteuse Sabrina Meini qui présentera “Haut en couleurs » puis animera l’atelier de création de pompons en papier de soie.


15 avril 2016

L’ENFANT ADOPTÉ À L’ÉCOLE.

Travailler le sujet des origines en classe.  


De nos jours, de plus en plus de couples font appel à l’adoption pour fonder une famille.  
Parfois les enseignants ont des doutes sur comment traiter le sujet des origines. Il est important de ne pas nier les différences : si un enfant a la peau noire, il a la peau noire, s’il a les yeux bridés, il a les yeux bridés.  On ne va pas dire le contraire alors que c’est une évidence ! Il est bon alors de pouvoir expliquer les différences physiques qui existent entre nous ainsi que les différences ethniques qui existent dans le monde. Il est aussi très intéressant de pouvoir parler du le rôle des parents, de la mère et du père. Qu’est ce qui fait qu’on soit une mère ou un père ? La grossesse et l’accouchement ou bien la capacité du couple à prendre soin et de protéger son enfant ?
Pour travailler tout ceci, nous avons à notre disposition de nombreux contes qui abordent ce sujet. En voilà quelques-uns qui me semblent particulièrement adéquats mais ils en existent bien d’autres…A chacun de trouver son conte en fonction de sa propre sensibilité et de son expérience personnelle.



 Les difficultés scolaires. 

Les parents d’enfants adoptés peuvent parfois ressentir des inquiétudes en ce qui concerne les progrès de leur enfant au sujet des apprentissages. Ils souhaitent qu’il soit au même niveau que les autres enfants de sa classe, et qu’il ne prenne pas de  retard sur le programme scolaire. Ceci est une inquiétude tout à fait logique et naturelle, qui n’est évidemment pas exclusive des parents d’enfants adoptés.
Pour un grand nombre d’enfants, l’école se passe plutôt bien. Mais il est vrai que chez les enfants adoptés, il existe une plus grande probabilité d’avoir des difficultés d’apprentissage et de concentration.
Si des difficultés apparaissent au niveau du travail scolaire, on doit tenir compte de plusieurs facteurs :
- Du poids du sentiment d’abandon, qui est à l’origine de l’histoire de ces enfants.
- De la souffrance et vulnérabilité d’un manque affectif à certains moments de sa vie.
Il existe un lien très étroit entre les carences affectives dans la petite enfance, la capacité d’attachement et le désir d’apprendre. Un attachement solide est fondamental pour pouvoir avancer dans le savoir et les apprentissages.  On ne peut pas séparer le cerveau et les sentiments, la raison et le cœur. En effet, un enfant qui ne se sent pas sûr dans ses liens affectifs a souvent du mal à s’investir dans les activités quotidiennes (école, taches de la maison, autonomie, etc.). C’est ainsi que certains enfants adoptés peuvent se résister ou s’opposer au processus d’apprentissage alors qu’ils ont des capacités.
D’autre part, ils peuvent exprimer leur préoccupation à travers un comportement de lenteur, de passivité, une incapacité à se concentrer, une tendance à la rêverie, qui sont pour eux autant de refuges.  C’est alors qu’apparaissent tant chez les enseignants que chez les parents des craintes sur les difficultés de concentration, et d’attention… Mais il faut se garder d’assimiler capacités intellectuelles et fonctionnement psychique de l’enfant.
Le conseil de base est de donner du temps à l’enfant et de respecter son âge affectif, qui parfois peut être en grand décalage avec son âge biologique ou avec son développement cognitif. Un enfant qui ne fonctionne pas bien à l’école n’est pas systématiquement inintelligent. Il faut aller chercher au-delà de ces résultats et de la conduite inadaptée à niveau scolaire. Une aide professionnelle peut être utile dans ces cas.

·      
Attention à notre attitude en tant que parents.    

Tous les parents nous vivons avec une certaine inquiétude le fait que notre enfant ait des difficultés dans son cheminement scolaire. Nous devons cependant rester vigilants dans notre rôle de parent, et ne pas oublier de transmettre de l’espoir et de la confiance en lui. L’enfant perçoit nos attentes et il peut ressentir notre préoccupation ou déception et il peut en arriver même à se sentir comme un enfant peu gratifiant au regard des adultes. Ceci, évidemment ne favorise pas à une bonne estime de soi.  
Ceci peut conduire à une situation d’insatisfaction mutuelle et à une spirale négative qui se traduisent par des sentiments d’impuissance, d’échec personnel et de déception tant chez l’enfant que chez ses parents. Il faut toujours s’efforcer de garder une image positive de l’enfant. Il est important de l’aider à réussir dans quelque domaine que ce soit (école, sport, activités extrascolaires, hobbies, musique, etc.). L’enfant a besoin d’être fier de ses réalisations et que ses parents en soient fiers aussi.

·       Comment peut-on aider l’enfant ?  
Tout d’abord il faut séparer les difficultés psychiques des difficultés cognitives. Si on décèle des problèmes dans la sphère émotionnelle, on peut proposer à l’enfant un traitement qui vise à une meilleure compréhension et assimilation de son histoire, tout  en développant ses capacités de maturation psycho-émotionnelle, ainsi que des visites avec les parents pour aider à une meilleure relation parents-enfant.
Une étroite collaboration entre parents, professeurs, pédiatres, orthophonistes est indispensable. Cela nous permettra d’être cohérents et de réunir tous nos efforts dans la même direction.

Jasmine Gregori Le Du. Psychologue col. nº 13.834. Tel : 651 498 476. Email :  jasminegregori@gmail.com

6 avril 2016